jump to navigation

Baboum, baboum ! 7 mai 2010

Posted by aurelhibou in Coup de coeur.
Tags: , , ,
add a comment

Plus qu’un coup de cœur, je suis tombée en amour avec les trois brigands. Bien sûr, j’avais déjà lu et relu l’album de Tomi Ungerer, cependant le film est encore meilleur.

Le livre

Le film

Faire un film d’un album d’une trentaine de pages n’est pas aisé, les scénaristes ont donc élargi l’histoire. On retrouve les trois brigands et la petite Tiffany, qui doit se rendre à l’orphelinat, mais on découvre aussi ce lieu, les enfants qui y récoltent des betteraves parce que « pas de betteraves, pas d’amour : c’est la règle d’or ! » , phrase répétée par l’horrible « tante » qui gère l’orphelinat.

Il s’agit d’un dessin animé traditionnel : en plus du graphisme très reconnaissable d’Ungerer, on voit les traits bouger, les séquences qui ne s’enchaînent pas aussi parfaitement que dans les animations modernes. Et c’est un vrai plaisir ! Les couleurs sont splendides, les jeux de lumière et de plans admirables et les décors regorgent de détails humoristiques -on ne manquera pas les robinets ni les ceintures que portent les arbres. L’histoire, bien qu’étoffée, me semble fidèle à l’album original. Particularité : le narrateur a un fort accent alsacien. Normal, puisqu’il s’agit de l’auteur lui-même ! A noter que le film est une production germanique. En effet, l’album est d’abord paru en allemand avant d’être publié en français par l’école des loisirs en 1968.

Hayo Freitag, Les trois brigands, Wild Side, 2008 (pour le DVD)

Baboum, baboum, on vous prévient, ne faites pas les malins, car l’acier peut s’affûter, s’aiguiser, couper un petit cœur comme rien…