jump to navigation

Bulles des prés 2012 29 septembre 2012

Posted by aurelhibou in Actus.
Tags: , , , ,
add a comment

« Ils voient des vaches partout ! »

C’était le nom de l’événement organisé par Le Grand-Bornand en 2000. A La Guerche-de-Bretagne, les vaches sont aussi à l’honneur chaque année sur l’affiche d’un événement consacré à la bande dessinée : Bulles des Prés.

L’édition 2012 aura lieu le 6 octobre au Centre Culturel Patrick-Lassourd/La Salorge. Au programme, des rencontres et dédicaces avec des auteurs-illustrateurs de BD : Florent Calvez, Sébastien Corbet, Nicolas Ryser, François Ravard et Frédéric Boulleaux, ainsi que deux ateliers avec Beno (inscriptions au 02.99.96.22.20).
N’oublions pas également la remise des prix Bulles des Prés. Depuis juillet dernier, les lecteurs de la bibliothèque ont été invités à lire et élire leur BD préférée parmi La page blanche (Boulet/Pénélope Bagieu), Les ignorants (Etienne Davodeau), Portugal (Cyril Pedrosa) et le tome 2 de Chez Francisque (Manu Larcenet/Yann Lindingre). Il vous reste donc quelques jours pour lire ces ouvrages et tenter de remporter celui qui vous aura le plus séduit !

Rendez-vous au Centre Culturel de La Guerche à partir de 10 h 00 samedi 6 octobre et sur le nouveau profil facebook de la bibliothèque !
https://www.facebook.com/bibliotheque.laguerche?fref=ts

Soirée d’inauguration du Prix Ados 6 juin 2012

Posted by aurelhibou in Actus.
Tags: , , , ,
add a comment

Ce soir avait lieu la soirée d‘inauguration du 19e prix Ados Rennes/Ille-et-Vilaine. A l’honneur ? Les auteurs, évidemment. Les invités ? Juste les bibliothécaires et les documentalistes ! C’était une soirée fort sympathique qui a permis de rencontrer, en avant première -ou pas- 8 des 10 auteurs de la sélection de romans 2011/2012. Deux tables rondes composées de 4 auteurs se sont succédées, au cours desquels chacun a présenté son ouvrage.

La première table ronde a réuni

Maryvonne Ripert, pour Metal Mélodie
Jean-Michel Payet, pour Mademoiselle Scaramouche
Cendrine Wolf et Anne Plichota pour Oksa Pollock, T.1

Maryvonne Ripert, Jean-Michel Payet, Cendrine Wolf, Anne Plichota

Les organisateurs du Prix Ados ont choisi de réunir ces 4 auteurs autour d’une table car leurs romans sont empreints de la même toile de fond : la filiation. Il m’est difficile de comparer ces ouvrages puisque je n’ai lu que Mademoiselle Scaramouche. En effet, je n’avais pas l’intention de lire Oksa Pollock car il s’agit d’une quadrilogie Metal Mélodie trône sur ma table de chevet depuis 3 semaines -j’ai préféré commencer G229 de J.-P. Blondel. L’intervention de chacun n’en était pas moins intéressante. Les 4 auteurs  conçoivent différemment l’écriture : que ce soit son processus ou la façon dont ils envisagent le public auquel ils adressent leur production, chacun emprunte un chemin différent dans le pays de la littérature de jeunesse.

La deuxième table ronde a réuni

Timothée de Fombelle, pour Vango, T.1
François Place, pour La douane volante
Emmanuelle et Benoît de Saint-Chamas, pour Strom, T.1

Timothée de Fombelle, Benoît et Emmanuelle de Saint-Chamas, François Place

Cette fois, les auteurs ont été réunis car leurs livres traitent tous du rapport au temps passé et/ou au temps protéiforme. J’avais déjà rencontré François Place et Timothée de Fombelle, séparément, et ç’avait été très plaisant. Les voir tous les deux réunis autour d’une même table est un vrai régal : ils s’entendent comme larrons en foire ! Là encore, chacun explique les choix qui l’ont mené à construire de telle ou telle manière ses personnages et son histoire, donnant des précisions sur le processus de conception et celui de rédaction. Les deux tables rondes ont accueilli des « couples » d’auteurs. En effet, Oksa Pollock et Strom ont été écrits à deux mains. Mais les de Saint-Chamas n’ont pas les méthodes d’écriture que les mères d’Oksa, et c’est sans doute ce qui fait, en partie, la richesse de la littérature jeunesse. Benoît de Saint-Chamas nous en dira certainement plus jeudi après-midi, puisque nous le recevons à la bibliothèque, avec les adolescents des deux collèges de la commune.

Il manquait donc à cette soirée Jean-Philippe Blondel, auteur de Blog -mais ça je le savais, car il m’avait dit au Salon du Livre qu’il ne pourrait se libérer-, ainsi qu’Anne Percin, auteure de Comment (bien) rater ses vacances.

Demain auront lieu à Rennes les rencontres des auteurs avec les adolescents ainsi que la remise du Prix. Pour qui avez-vous voté ?

Retour de Salon – 1re partie 25 mars 2012

Posted by aurelhibou in Actus.
Tags: ,
add a comment

Le salon du livre de Paris s’est déroulé la semaine dernière, du vendredi 16 au lundi 19 mars.

Puisqu’il ne faut pas changer les bonnes habitudes, comme tous les ans depuis plus d’une dizaine d’année, j’y étais !

Voici quelques photos souvenirs :

Les livres des Editions du Cercle de la librairie

Village des Arts

Innovation cette année, en plus des déjà vues et revues sphères « mangas » et « livres numériques », le Village des arts, mettant en valeur de très beaux ouvrages.

Est-ce confortable ?

Nous avons trouvé Charlie !

Productions Albin Michel

Là, j’ai eu mal aux yeux. Ce haut lieu de la culture qu’est le Salon du Livre a  baissé dans mon estime 😉

Cérémonie du thé

Un an après la catastrophe de Fukushima, le Japon était invité d’honneur au Salon.

Les auteurs en dédicace :

Daniel Picouli et Frédéric Pillot dédicacent Lulu Vroumette

Daniel Pennac

Joan Sfar, Zep, Etienne Davodeau

Frédéric Beigbeder

J’ai aussi eu Le Petit Chaperon Rouge par Rascal dédicacé pour la bibliothèque, Les ignorants par Etienne Davodeau pour mon collègue et Mon chat le plus bête du monde de Gilles Bachelet pour Flint et moi-même 🙂

 

La douane volante 23 février 2012

Posted by aurelhibou in Actus, Coup de coeur.
Tags: , , , , ,
add a comment

François Place écrit comme il dessine : d’une écriture fine, délicate, précise et poussée . On entre dans son récit comme dans ses oeuvres plastiques : avec un peu de difficulté, perdu dans ce tourbillon détails, puis on se laisse embarquer pour toute la durée du voyage.

La douane volante, sélection du Prix Ados 2012, est de ces romans pour adolescents qu’on ne prendrait pas spontanément s’il ne comportait pas le bandeau « Elu meilleur roman jeunesse 2010 par Lire » et s’il n’avait pas reçu le Grand prix de l’imaginaire 2011. Dommage. Difficile d’accès, difficile à conseiller à un ado, mais tellement beau, tellement prenant qu’une fois passés les premiers et obscurs chapitres, on ne le lâche plus avant la fin.

Pour l’histoire, je préfère vous retranscrire le résumé de Anne-Flore Hervé, sur son blog Livresse, plutôt que celui de Ricochet :

« 1914 en Bretagne. Gwen le tousseux, faible et bon à rien, devient l’apprenti du vieux Braz, le rebouteux du village. Tant qu’il vit avec lui, Gwen se sent à l’abri des mauvaises intentions et en profite pour observer le savoir-faire de son maître qui lui transmettra son fluide avant de disparaître. A la mort de ce dernier, les animosités des villageois assaillent à nouveau le jeune garçon. Au sens figuré comme au sens propre.  A bout de force, Gwen n’est pas surpris de voir la charrette de l’Ankou – le serviteur de la mort dans les contes bretons – venu le chercher pour le « grand voyage »… »

Et voici ce que dévoile aussi la 4e de couverture du roman, si ça peut vous inciter encore davantage à lire cet ouvrage :
« Quand Gwen se réveille, il est passé de l’autre côté, dans un monde comme surgi du passé. Dans ce pays étrange, effrayant mais fascinant, dominé par la douane volante, il va vivre des aventures extraordinaires. Gwen l’égaré parviendra-t-il à retrouver sa terre natale ou son destin sera-t-il à jamais lié à Jorn, le redoutable officier de la douane volante ? »

La douane volante, François Place, Gallimard, 2010, 334 p.

C’est ici pour voir une vidéo de François Place expliquant la création de la couverture illustrée de son livre.

L’année du dragon 23 janvier 2012

Posted by aurelhibou in Actus.
Tags: , ,
add a comment

Je saisis l’occasion du Nouvel an chinois pour vous adresser mes meilleurs voeux pour 2012 : que la force du Dragon, qui est à l’honneur cette année, vous permette d’accomplir tous vos projets et que ses ailes vous portent vers des contrées sereines, joyeuses et ensoleillées.

Pour ce premier article de l’année, passons de la Chine au Japon.

En septembre dernier, Antoine Guilloppé, auteur/illustrateur fort sympathique dont je vous ai déjà parlé ici, a donné un compagnon à Akiko : Takiji. Déjà apparu dans Akiko l’amoureuse, Takiji a droit à son propre album.

Alors qu’il contemple tranquillement le paysage où il est né, Takiji est interpellé par les animaux affolés : « le monstre Gomi est revenu ! ». Auparavant peureux auprès d’Akiko, Takiji devient audacieux pour vaincre le monstre et ses propres peurs.

Takiji contre Gomi (Source 3w.100000reves.com)

On reconnaît avec plaisir le style graphique d’A. Guilloppé, jouant toujours aussi habilement des contrastes noir et blanc, rehaussés par quelques touches de couleurs vives, peintures ou papiers découpés.

Takiji l’audacieux, Antoine Guilloppé, Philippe Picquier, 2011

Question phatique 19 novembre 2011

Posted by aurelhibou in Coup de coeur.
Tags: , ,
add a comment

Quand on me demande si ça va
Je suis comme tout le monde
Je réponds « bien »

Parce qu’il faut avouer que lorsqu’on vous demande « Comment ça va ? », vous  répondez à peu près toujours par un vague « bien, et toi ? ». Dans la plupart des cas, vous vous moquez de la réponse, tout comme votre interlocuteur n’a que faire de celle que vous avez apportée à sa question. Il s’agit d’une simple question à la fonction phatique, elle sert à engager le dialogue (ou non). Votre interlocuteur n’attend pas de réponse négative et encore moins que vous développiez vos propos.

Mais que se passe-t-il quand on ne sait plus quoi répondre à cette bête question ?

Monsieur Shmekeldekel a oublié ses lunettes, ses clés et la raison qui l’a poussé à sortir sur le palier. Lorsqu’il y rencontre sa voisine, madame Famisht, elle est un peu pressée et lui demande « Comment ça va ? » sans vraiment lui prêter attention. Mais ce pauvre M. Shmekeldekel, déjà qu’il n’a pas un nom facile, ne sait plus ce qu’il faut répondre. Mme Famisht a-t-elle le temps d’attendre sa réponse ? Est-elle vraiment intéressée par ce que M. Shmekeldekel lui dira ? Elle sait que le pauvre monsieur a perdu sa femme et sa tête, un peu, aussi. Alors elle lui pose la question à nouveau, sans trop de conviction. Puis une autre fois, encore, mais cette fois, elle attend la réponse. Parce qu’il faut lui laisser le temps, à M. Shmekeldekel, le temps de retrouver les sens, les mots et le sens des mots.

« C’est une question qui passe comme un courant d’air. A peine posée, elle s’envole déjà, avant même que la réponse n’arrive. « Comment ça va ? » Pourquoi pose-t-on cette question ? Est-ce que la réponse existe ? Et quel est le plus important, la question ou la réponse ? »
4e de couverture de Comment ça va ?, Susie Morgenstern, Serge Bloch, Editions du Rouergue, 2006

Et moi, j’ai une édition dédicacée par Susie Morgenstern, qui m’a confié ne pas avoir vendu beaucoup d’exemplaires de ce livre, bien qu’il fasse parti de ses préférés !

C’est ici pour écouter la chanson Comme tout le monde de Volo 🙂

Salon du livre jeunesse de Fougères 2011 17 novembre 2011

Posted by aurelhibou in Actus.
Tags: , ,
add a comment

Du vendredi 18 au dimanche 20 novembre aura lieu le Salon du livre jeunesse de Fougères (35).

Avec  Régis Lejonc comme président et Marie-Aude Murail comme invitée d’honneur, le programme paraît très alléchant.

Demain aura lieu la journée professionnelle, avec pour thème « la lecture à haute voix ». Sachant que nous avons réalisé une animation sur ce thème la semaine dernière en direction des parents et animateurs du Centre Social, il aurait sans doute été préférable de participer à une telle journée avant… Ou de décaler notre animation.
L’après-midi, nous assisterons à une table ronde avec Jean-Claude Mourlevat, Jean René et Marc Baron. J’espère tout de même avoir le temps de voir les classes de CE2/CM1 et CM1/CM2 de l’école de la commune qui seront aussi présentes au salon !

Le programme est ici.

Suzy Lee 31 août 2011

Posted by aurelhibou in Coup de coeur.
Tags: , ,
add a comment

Lors des derniers achats de la bibliothèque, j’ai complété notre fonds en albums de Suzy Lee.

Cette artiste coréenne a publié une dizaine d’albums pour enfants depuis le début du siècle.

La plupart ne contiennent pas de texte mais simplement de belles images dans des formats peu communs. Pour ma part, c’est La vague qui m’a fait connaître les talents de l’illustratrice et depuis je découvre et redécouvre ses livres. Aquarelles, encres de chine, crayons, gouache : c’est toujours un plaisir pour les yeux, qu’il soit bichromatique comme dans La Vague, Ombres et Miroir ou multicolore comme dans Zoo sans animaux ou le magnifique Les petits peintres nus. A lire de toute urgence !

Cherche figurants 3 août 2011

Posted by aurelhibou in Coup de coeur.
Tags: , ,
add a comment

Que fait un auteur quand il n’a -soi disant- pas d’inspiration, qu’il ne sait plus quoi écrire ? Il cherche des figurants !

Le cerf, le sanglier, le renard et l’écureuil sont fort étonnés de voir une affiche dans leur forêt stipulant qu’on cherche des figurants pour un conte. D’autant plus qu’ils ne savent pas ce qu’est un figurant… Néanmoins, ils veulent bien se prêter au jeu, montrer leurs talents et ainsi devenir les héros de cette histoire peu banale.

Michaël Escoffier, accompagné de l’illustrateur Jean-François Dumont, proposent ici un album qui fera rire les petits et sourire les plus grands par son inventivité et les techniques graphiques employées.

Source : Decitre

Michaël Escoffier, Jean-François Dumont, Cherche figurants, Kaléidoscope, 2011

Mes albums du moment 28 juin 2011

Posted by aurelhibou in Coup de coeur.
Tags: , , , ,
add a comment

Derniers gros coups de cœur parmi nos (rétro)acquisitions de la semaine dernière (hum, 300 livres à cataloguer pour l’été…) :
Moi d’abord, Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo, éditions Frimousse (avril 2010)

L’histoire : dans la famille canard, il y a quatre canetons. Parmi eux, il y en a un qui veut toujours être le premier. « Moi d’abord » cancane-t-il sans cesse pour aller à la pêche ou pour prendre son bain. Mais quand vient l’heure de passer à table, une drôle de suprise attend le caneton impatient.

Pourquoi faut-il le lire ?

1. Parce que Michaël Escoffier est un auteur qui écrit des livres plus intéressants que Martine pour les enfants (désolée Hélène et Casterman).

2. Parce que les illustrations de Kris Di Giacomo sont agréables.

3. Parce que c’est édité chez Frimousse, qui édite également la collection de Manceau « La petite étincelle« , alors c’est forcément bien.

4. Parce que c’est drôle ! Il faut absolument lire jusqu’à la dernière page, il y a deux chutes.

Du même auteur nous avons aussi acheté : Cherche figurants, Kaléidoscope, 2011

Du même illustrateur : Le panier de Lulu, Frimousse, 2008

Le nouveau monde, Jérôme Ruillier, Bilboquet, 2008

L’histoire : par-delà les mers, Christophe débarque sur une terre inconnue. C’est le début d’une longue aventure et la découverte d’un nouveau monde.

Pourquoi faut-il le lire ?

1. Parce que le texte de Jérôme Ruillier est percutant, touchant et que ses illustrations sont à la fois simple, logiques et tellement expressives.

2. Parce que ça parle de la différence de façon différente ! Tout comme Quatre petits coins de rien du tout, je suis sûre que ça plaît beaucoup aux instit’ de maternelle.

3. Parce qu’il faut soutenir les petites maisons d’édition de qualité situées en province.

Rappelons que si ces livres sont rangés dans la catégorie « albums pour les petits« , les plus grands -adultes compris- s’en délecteront encore plus ! Bonnes lectures 🙂